La relecture par les pairs, miroir des maux du monde académique ?

Le plaisir de commencer son vendredi par le rejet d’un article soumis (en plus, sur invitation nominative pour un numéro spécial). Ou encore une bonne raison de ne pas commencer sa journée en lisant ses courriels …

Au-delà de la déception et la frustration, ça alimente surtout mes réflexions vis-à-vis du processus de révision des articles scientifiques (et du monde de la publication scientifique, plus largement). Si je ne remets pas en cause la pertinence théorique du processus (et je n’estime pas que mon article était parfait, loin de là), plus je m’y frotte, plus je le trouve bancal, voire symptomatique de certaines problématiques présentes plus largement dans le monde académique :

– Dans la théorie, la révision scientifique cherche à s’assurer de la qualité des travaux voulant être publiés (et indirectement, de la recherche sur laquelle ceux-ci s’appuient). Objectif totalement louable et légitime.

– Le fait que l’espace soit limité (surtout artificiellement, à l’heure d’Internet) dans les revues donne un argument pour restreindre le nombre d’articles possiblement retenus. L’autre argument, moins en lumière, mais qui me semble être le nerf de la guerre, étant avant tout l’idée qu’une revue difficile d’accès sera d’autant plus vue comme prestigieuse, à une époque où les facteurs d’impact (grosso modo, une mesure du nombre de citations des articles présents dans une revue) sont toujours des dimensions soit disant objectives servant à estimer la “valeur” d’un chercheur (déterminant son avancement de carrière, ses financements, etc.). Alors qu’ils sont terriblement non fiables et faciles à “booster” artificiellement. En bref, des vecteurs pour exacerber, non pas la qualité de la recherche, mais la compétition entre les chercheurs.

– Pour autant, la recherche scientifique est un processus au long cours, qui prend de nombreuses étapes de révision et de réévaluation. La révision scientifique en vue d’une publication participe normalement à cette démarche, en fournissant des suggestions pour améliorer un travail de recherche. Si critique il y a, on pourrait s’attendre à ce que cette critique soit constructive, et ne perde pas de vue le caractère humain des acteurs en jeu.

– Néanmoins, à travers toutes mes expériences de publication jusqu’à aujourd’hui, rares sont les réviseurs qui prennent la peine de souligner les forces et les qualités d’un travail (tout en proposant des améliorations par ailleurs). Le plus souvent, on assiste à une accumulation de points prouvant juste que ce travail n’est, dans son ensemble, pas pertinent ou de qualité. Et dans cette seconde catégorie, on voit parfois émerger, prenant l’habit du ton objectif des scientifiques, des arguments contradictoires, dénotant au mieux d’un manque de maîtrise d’un champ de recherche, au pire, d’une forme de mauvaise foi subjective visant à décrédibiliser un travail et l’équipe derrière celui-ci.

– L’apparente objectivité des chercheurs cache toutefois à mon sens des réalités moins reluisantes. Dans un article soumis par le passé, bien que nos noms avaient été retirés, l’identité “francophone” de mon équipe de recherche avait été déduite (des aveux du réviseur, parce que la recherche se déroulait en France, on devait être français). On avait alors eu un commentaire très acerbe concernant la qualité « déplorable » de notre écriture en anglais. Sachant que l’article avait été révisé intégralement par une collègue chercheure anglophone (et qui avait donc largement l’habitude de publier dans un anglais scientifique) avant sa soumission. Les autres réviseurs n’ont fait aucun commentaire sur ce point, ou au contraire ont complimenté la qualité de l’écriture. Sur un autre article, portant sur une thématique de « niche », je suis tombé deux fois à la suite sur le même réviseur (il ne s’en est même pas caché), qui était très vraisemblablement un des auteurs dont je citais le modèle théorique et dont mes résultats contredisaient ses perspectives et conclusions. Systématiquement, il a procédé à un démontage plus excessif que la raison de ce travail. L’article a finalement été publié ailleurs, sans que j’ai à abdiquer dans mes conclusions (l’article a été révisé de manière plus constructive par 5 autres réviseurs à côté de cela).

– J’ai conscience, pour réviser moi-même des articles, que c’est un processus coûteux et prenant, que l’on fait bénévolement. Ce n’est pourtant pas à mon sens une excuse pour justifier le manque d’éthique, de professionnalisme et parfois simplement, de savoir-être de certaines personnes, qui peuvent transférer ce processus en combat narcissique ou d’orgueil. Derrière un couvert d’objectivité (et surtout d’anonymat), dans un processus indispensable à la carrière d’un chercheur, on va parfois laisser passer des conduites pas très propres, voire à de la discrimination à peine cachée …

– On m’a déjà dit qu’il était possible de saisir les éditeurs pour reporter ces situations. Le problème étant justement que cela se fait sous le couvert de la révision scientifique. A moins de propos ouvertement déplacés, je n’ai pas conscience d’exemples d’éditeurs qui ont explicitement rejeté un réviseur. L’autre enjeu étant l’asymétrie du rapport de force : les auteurs se bousculent à la porte, tandis que j’ai tendance à croire qu’un réviseur est une ressource relativement limitée et complexe à mobiliser à répétition, surtout si on veut que leurs champs d’expertise correspondent à l’article en question (ce qui est aussi un enjeu, d’après mes expériences). Dans l’agenda éditorial, il est sans doute plus facile de rejeter un article que de chercher un autre réviseur.

– Bref, pour conclure, si à mon sens, le climat compétitif dans le milieu académique et la pression à la publication ont beaucoup à voir dans ces réalités, il y a sans doute des mesures que l’on peut considérer à plus petite échelle pour améliorer ce processus. Je pense dans un premier temps à la suppression de l’anonymat des réviseurs (l’anonymat des auteurs est déjà loin d’être systématique par ailleurs, et l’exemple évoqué plus haut montre que la discrimination peut toujours avoir lieu). Outre l’enjeu de responsabiliser les propos tenus, je me dis que ce serait aussi une modalité pour favoriser plus largement la coopération (sur des thématiques d’intérêt communes). En parallèle, valoriser davantage le travail des réviseurs serait peut-être une avenue pour augmenter le bassin des réviseurs potentiels. Pas forcément de manière financière, mais dans les CV ou tout autre aspect pertinent à la carrière d’un chercheur. Du côté éditorial, une plus forte sensibilisation à ces enjeux, au rapport de forces et au risque de dérives, serait sans doute nécessaire. Enfin, ça prend avant tout de propager une culture de bienveillance et de collaboration, faisant le deuil de la « 1ère place » et de l’ « écrasement de l’autre », à la fois dans notre façon personnelle de réviser des documents scientifiques, dans la façon d’aborder la recherche académique, et dans les valeurs qui sont proposées à la relève.

La soumission d’articles scientifiques : une expérience où la frustration n’est jamais bien loin

Pourquoi cette thématique ?

Il y a relativement peu de temps (fin février 2019), je présentais un de mes anciens travaux de recherche dans le cadre d’une activité collective au sein du département dans lequel je suis chercheur postdoctoral. Et donc, en ce qui concerne la présentation en tant que telle, en plus du cœur de la présentation, j’avais créé quelques diapositives pour contextualiser la démarche de publication associée à ce travail, en mettant l’accent sur les inévitables échecs associés. L’auditoire a toutefois eu une réaction assez surprenante, dans le sens où alors que cette partie ne représentait qu’un point infime de la présentation, elle a suscité une petite discussion d’une richesse et d’une authenticité que je n’avais pas vraiment anticipées. Concrètement, la plupart des chercheurs et étudiants présents partageaient un ressenti de frustration à l’égard du processus de publication scientifique, tout en étant conscient de sa nécessité dans le déroulé « normal » d’une carrière et de la diffusion des connaissances. Pour résumer, beaucoup d’efforts consentis, énormément d’attentes, des retours régulièrement difficiles à encaisser.

            Je voulais alors vous proposer quelques illustrations significatives issues de mes propres expériences de publications. L’essentiel aura peut-être une teneur assez négative, mais il y aura aussi des passages joyeux (que je garderai probablement pour la fin). Ca prendra aussi probablement plusieurs parties …

Partie 1 : La première soumission, combattre une montagne d’attentes

N.B: Les dates indiquées au fil des prochains paragraphes sont assez approximatives, dans la mesure où je n’ai pas gardé une trace précise de tout le processus. Elles restent néanmoins assez proches de la réalité, je pense.

Très tôt, j’ai su que la démarche de publication constituait une démarche indispensable pour tout chercheur. On est évalué, jugé, recruté, payé, sur cette base. Donc forcément, quand on nous dit qu’il serait bien de commencer à considérer cette option assez tôt dans son cursus, on le fait. Mon premier véritable projet de publication a été celui de mon travail de recherche de Master 2 (année universitaire 2013-2014, soutenance en juin 2014). Un projet modeste, mais qui avait un intérêt certain, notamment en clinique (et qui l’a certainement toujours). Que j’avais pu présenter en congrès, en milieu clinique, etc. Mais j’étais à l’époque sans doute moins conscient de ses limites. En tout cas, je me voyais déjà le soumettre dans une grande revue internationale, en anglais et tout. Donc ni une ni deux, mais après un court séjour à l’étranger et le début du doctorat à la fin de l’automne, je me retrouve à adapter mon mémoire en article, et à le faire traduire.

Le début d’un long chemin

            Premier petit problème, c’est un article assez long (notamment du fait de son design qualitatif). Il fallait donc déjà trouver une revue qui tolère cette longueur. C’est bien simple, dans notre domaine, l’essentiel des revues ont des exigences qui tirent de plus en plus vers le bas le nombre de mots qu’un manuscrit doit comporter. Généralement, ça tourne autour de 4 000 mots pour le corps du texte, mais on peut trouver 3 000, 3 500 mots, voire l’équivalent en nombre de pages, avec différents interlignes, et les références, tableaux, figures plus ou moins compris dedans, etc. Bref, pour faire simple, ce papier faisait facilement au-delà de 6 000 mots.

            Je trouve (difficilement) une revue par mes propres moyens. Ca fait partie des démarches que j’ai appris sur le tas (comme finalement beaucoup de choses en recherche, me concernant). Je passe énormément de temps à préparer le manuscrit aux exigences de celle-ci (retenez bien cela, car ça reviendra régulièrement…). Et je finis par le soumettre (janvier 2015). Quelques jours plus tard, je reçois un mail de l’éditeur en chef. Ce dernier me répond, via un texte qui fait assez désincarné et auquel je me suis pas mal habitué maintenant, que l’article est intéressant mais qu’il n’envisage pas de le publier au sein de la revue. Ok, déception car la thématique collait bien, mais la vie continue. Je sais déjà que la probabilité du refus est forte en règle générale. Mais en tout cas, j’ai développé une certaine appréhension concernant les mails des éditeurs que je reçois quelques jours après la soumission…

Ça ne s’arrête pas là car ce même éditeur propose de transférer la soumission vers une autre revue. La fameuse revue « libre d’accès », mais payante pour les auteurs qui soumettent (ça fera un bon thème de discussion ça aussi). Mais ce qui me choquait davantage, c’est que cette revue ne correspondait pas à la thématique de mon travail, mais vraiment pas du tout. J’écris alors à l’éditeur pour tenter une espèce de négociation, ou en tout cas pour dire que je ne comprends pas le choix de refuser mon article dans sa revue (qui couvre a priori la thématique de mon travail) pour me proposer de l’envoyer vers une revue complètement hors sujet à ce niveau. C’était une époque où j’étais naïf, inconscient des voies de l’édition scientifique … Depuis, j’ai arrêté de chercher à discuter avec les éditeurs (à tort ou à raison), dans la mesure où les décisions visiblement incompréhensibles et arbitraires se sont depuis multipliées.

L’aléatoire du processus

Bref, retour à la case départ, je cherche une autre revue, je prends encore du temps pour modifier le papier et le faire correspondre aux nouvelles exigences (différentes, forcément). On est maintenant en février (2015). Cette fois le papier part en relecture. Je me dis chouette, ça va au moins donner quelque chose. Quelques longues semaines plus tard (fin mars 2015), je reçois le retour de l’éditeur : révisions majeures à faire, avec un commentaire général de l’éditeur en chef malgré tout assez encourageant. A ce stade, je suis assez content, quoi qu’assez intimidé par le nombre de modifications à apporter. Certains commentaires sont assez anecdotiques (du style « a oublié un point à la ligne 32 de la page 14 »), d’autres remettent presque en cause tout l’angle d’analyse. Bon, je tente d’y répondre comme je peux. Il faut savoir remettre en cause son travail face à des commentaires parfois assez acérés, mais on reviendra là-dessus dans un prochain chapitre.

Ça me prend des jours (quelques semaines) mais je finis par soumettre la révision (fin avril 2015). Quelques semaines passent encore avant de recevoir le nouveau mail (mi-mai 2015). Et là, douche froide ! Le papier est rejeté. Les relecteurs sont satisfaits des modifications, mais un autre éditeur n’est plus convaincu par le document. Le contraste entre le premier retour et celui-ci est assez extrême. Rejet direct, donc sans possibilité de refaire une ronde de révisions. Je décide alors de contacter l’éditeur en chef (ai-je déjà dit que j’étais naïf à l’époque ?) pour lui dire que je ne comprenais pas ce retour. J’arrive tant bien que mal à négocier une relecture par ses soins. Et là, au final, ce dernier se range derrière l’avis du second éditeur, et entérine le refus. On est rendus à la mi-juin 2015. Cette situation rend bien compte du moment où l’éditeur considère que même si l’article est intrinsèquement suffisamment corrigé et amélioré, certains enjeux font qu’il n’est plus publiable à cause d’enjeux x ou y. Je reste un peu assommé par cette nouvelle. A ce stade, je décide déjà une première fois de laisser cet article de côté, pendant une bonne année. Les autres contraintes universitaires n’aidant pas non plus à continuer à travailler sereinement dessus.

A corps perdu

Fort de mon avancement dans le doctorat (septembre 2016), je me dis que c’est le bon moment de retravailler ce papier. Il faut aussi bien tenir compte du fait qu’à chaque fois, le choix de revue se réduit de plus en plus. Quand je décide de me remettre à travailler sur cet article, je passe alors un certain temps à jauger les revues disponibles et à trouver quelque chose qui pourrait être pertinent. Je passe ensuite encore beaucoup de temps à remodifier le format pour adhérer à celui de la revue, et je soumets (fin octobre 2016). Il va bien en relecture, mais quelques semaines plus tard, je reçois une décision de rejet (fin décembre 2016). La plupart des commentaires suggérait de défaire tout ce qui avait été rajouté lors de la révision pour la précédente revue, en plus de montrer parfois une certaine incompréhension, voire un mépris, des devis qualitatifs. Toutes les revues auxquelles j’ai soumis sont dans le même domaine, avec un angle éditorial approximativement similaire, pour préciser. La notification de refus s’accompagne une nouvelle fois d’une indication que (voici ce que je comprends) même si mon article n’est pas de qualité suffisante pour être publié dans cette revue, on me recommande telle revue (forcément, la fameuse revue open access qui est super trop cool).

Je ne donne pas suite et malgré le fait d’être assez dépité par ce résultat, je décide de soumettre ailleurs à nouveau dans la foulée. Je fais quelques petites corrections, mais je n’ai pas le cœur à reprendre la plupart des commentaires, notamment les plus frustrants. Nouveau temps pour trouver une autre revue et mettre le papier au bon format. Nouvelle soumission (mi-janvier 2017). Et encore une fois quelques semaines plus tard, nouveau rejet après relecture (fin mars 2017). Je survole les commentaires, dont certains me renvoient à ce que je marquais dans la toute première version de mon article, et qui avait était retiré par la suite. A ce stade, j’ai atteint un niveau, disons d’agacement, assez significatif, et je décide une nouvelle fois de ne plus perdre de temps à m’occuper de ce papier pour le moment, entrant par ailleurs dans la dernière ligne droite pour le doctorat.

Et aujourd’hui ?

            Lorsque j’ai été contacté pour faire la présentation dont je parlais au début de cet article (janvier 2019), ça faisait donc presque deux ans que je n’avais pas regardé (du tout) ce brouillon d’article. Pour travailler la présentation, j’ai du en reprendre connaissance, et reprendre connaissance des commentaires des relecteurs. Mais le plus intéressant je pense reste le recul obtenu durant cette période. Il y a eu le doctorat, pas mal d’autres expériences en recherche à côté, et aussi sept articles publiés entre temps… En relisant ce travail, c’est finalement comme si je devenais mon propre relecteur, y voyant de nouvelles forces et faiblesses. En ajoutant à cette expérience individuelle les commentaires bienveillants de collègues (chose que je n’avais pas forcément pu avoir auparavant), ça permet de prendre un énorme pas de recul sur son travail, un travail qui fait office peut-être encore aujourd’hui d’une petite épine dans le pied. Les attentes, tout ça…

 (La suite au prochain épisode)

Principes et règles de la rubrique

Pour cette première grande catégorie de contenu, je vous propose de créer une rubrique dont le contenu prendrait la forme de (plus ou moins longs) témoignages, au format (assez épisodique), sur mon expérience du milieu de la recherche. Différentes thématiques pourront être abordées, selon l’inspiration du moment. En plus de ces récits de vie (scientifique), l’idée serait de recueillir le vécu de toute personne intéressée par la thématique développée. Histoire de constituer un recueil public des expériences de chacun. Et nous savons tous à quel point cela peut faire du bien de savoir que nous ne sommes pas seuls à être confrontés à ces enjeux.

Les auteurs des témoignages resteront bien entendu anonymes. Simultanément, je vous demanderai de faire attention à ce que vos textes ne contiennent pas de mention permettant d’identifier précisément une personne, une institution … L’objectif n’est pas ici de régler ses comptes, mais de partager avec ses pairs. Il y aura de toute manière un passage par la modération avant la publication officielle.

Finalement, il y aura donc des larmes, de la frustration, de l’incompréhension, du sang (peut-être) derrière ces récits. Mais également de la joie, de la passion et le rappel des éléments qui nous motivent à faire notre travail contre vents et marées.

Le pourquoi de ce bout de papier numérique

Je souhaite que ce petit carnet permette de partager mon expérience de jeune chercheur en sciences humaines/sciences de la santé, de manière légère le plus souvent, mais parfois aussi sur un ton acéré. Ce carnet pourra être intéressant pour d’autres plus ou moins jeunes chercheurs, qui traversent les mêmes questionnements, qui ont des trajectoires assez similaires, mais pas seulement. L’enjeu de ce petit bout d’Internet est de constituer un lieu de témoignage pour rendre compte de ce qui est parfois trop rarement évoqué, diffusé, communiqué. Le carnet pourra aussi être pertinent pour les étudiants des cycles universitaires inférieurs ou pour le grand public curieux de cet univers (impitoyable) particulier.

Voici quelques idées de billets qui pourront figurer dans le carnet :

  • Avant tout, un partage d’expérience basé sur mon vécu du milieu de la recherche. Cela peut être rétrospectif, relatif à des enjeux actuels, ou prospectif.
  • Conjointement, il pourrait être intéressant de proposer aux lecteurs de transmettre leurs témoignages sur une thématique donnée, pour publication dans le carnet après un passage en modération pour s’assurer de l’anonymat et de la teneur des propos.
  • La rédaction de petits tutoriels et d’astuces issus de mon expérience pour peut-être mieux aborder certaines démarches et étapes inévitables dans la vie d’un chercheur.
  • Enfin, des billets pour rendre modestement compte de l’avancée de mes projets de recherche et appuyer la vulgarisation de ces dernières.